La France - Autrefois -
Un exemple d’illustration sur une des cartes de France de la collection Ryhiner. 
Universität Bern, Zentralbibliothek, Sammlung Ryhiner
 
 
 
 De la Gaule à aujourd’hui, le visage de la France a bien changé. Des nouveaux départements et  de nouvelles divisions administratives sont apparus au fil des guerres et bouleversements. Très tôt le Roi de France a demandé à ses cartographes d’établir des relevés précis du territoire national. Celui-ci, qui date du 18e siècle, a été réalisé par Guillaume de l’Isle, « premier géographe de sa Majesté ». 
Au commencement était la Gaule 
  
 Avant les 26 régions, les 100 départements et les 36 782 communes d’aujourd’hui, la France s’appelait la Gaule ou plutôt les Gaules. Sur cette carte du 16e siècle, on distingue la Gaule Transalpine, la Gaule Belgique ou encore la Gaule Intérieure. 
 
Duchés et comtés dur royaume de France 
  
 Avant la Révolution française et la division en départements, le pays possédait des duchés et des comtés. Comté de Bourgogne, comté d’Artois, comté d’Auvergne, duché de Lorraine et autre duché de Nivernais formaient 36 gouvernements dépendant directement de la couronne. 
 
De la France ancienne 
  
 La France s’est longtemps appelée la Gaule puis les Gaules. Lorsque les Romains en font la conquête, elle devient la Gaule Romaine, de -52 à 468. 
 
Au temps de Clovis 
  
 A partir du 5e siècle, la Gaule devient le Royaume des Francs. C’est le temps de Clovis Ier, qui règnera de 481 à 511. La Gaule est divisée en plusieurs royaumes barbares : les Francs au nord-est, les Burgondes en Savoie et les Wisigoths en Languedoc et en Garonne 
 
L’Aquitaine dans le Royaume de France 
  
 Sur cette carte, la Gaule s’appelle Gallia. Héritage des Romains, tous les écrits sont en Latin. On peut distinguer l’Aquitaine, Aquitanicus, et l’Espagne, Hispaniae. 
Le royaume de France 
  
 Au fil des siècles, le Royaume des Francs devient le Royaume de France. Après les Mérovingiens et les Carolingiens, Hugues Capet inaugure la dynastie capétienne en 987. C’est lui qui institue la tradition de sacrer le fils aîné du roi 
 
La Provence en 1621 
  
 Le dernier roi capétien, Charles IV, meurt en 1328. Sans descendant direct, c’est Philippe de Valois qui est choisi comme régent. Le Royaume continue de s’étendre au Dauphiné en 1349 et à la Provence en 1481. Ici, une carte de la Provence datée de 1621 
 
La Bretagne au 16ème siècle 
  
 A l’origine, la région bretonne s’appelait les Cités Armoricaines. Ici, on peut lire la Bretaigne. 
 
Les annexions sous Louis XIII 
  
 Sous Louis XIII, le territoire grandit encore avec les annexions successives de l’Alsace, de la Franche-Comté et de la Lorraine entre 1697 et 1766. Cette carte représente le Royaume de France en 1703. 
 
Les célèbres cartes Cassini 
 
 
 Au XVIIIe siècle, César-François Cassini entreprend un gigantesque travail de cartographie de la France. Il mesure le pays, recense les villes, inscrit sur papier les particularités géographiques. Après sa mort en 1784, c’est son fils Jean-Dominique qui poursuit ce travail. 
 
Les 83 évêchés 
  
 Les cartes étaient utilisées pour représenter les divisions administratives mais aussi épiscopales. Sur cette carte de 1791 figurent les 83 évêchés du Royaume. 
 
Les généralités en 1723 
 
 Cette carte de 1759 traduit la domination anglaise sur les mers. La puissance de la flotte britannique est soulignée par les différents bateaux dessinés ainsi que les dates des batailles. 
 
La carte des gabelles 
  
 Pendant 700 ans, le sel a été l’objet d’un impôt royal. Jusqu’en 1790, cette denrée utilisée pour conserver les aliments était sous le monopole du Roi. La taxe a été abolie par l’Assemblée constituante le 1er décembre 1790. 
 
La supériorité maritime des Anglais 
  
 Cette carte de 1759 traduit la domination anglaise sur les mers. La puissance de la flotte britannique est soulignée par les différents bateaux dessinés ainsi que les dates des batailles. 
 
Juste avant la Révolution 
  
 La Révolution française ne marque pas seulement la fin de la monarchie et du changement de régime politique. Elle est aussi synonyme d’évolution du territoire. Ici, le royaume de France en 1781 
 
La nouvelle France 
  
 Cette carte de France date de 1790. Elle représente les départements et districts et a été présentée par les auteurs de l’Atlas de France à l’Assemblée nationale, au Roi et à Monsieur le Dauphin. 
 
La naissance des départements 
  
 Après la Révolution française, l’Assemblée constituante vote le décret d’une nouvelle division administrative du territoire. 83 départements français naissent le 15 janvier 1790. 
 
1793 : la France compte 85 départements 
  
 Le 3 septembre 1791, l’Assemblée constituante met en place une monarchie constitutionnelle. Le nombre des départements s’élargit à 85 en 1793. Leur nom a été spécifiquement choisi pour ne pas rappeler la division en Provinces qui existait sous l’Ancien Régime. 
 
La France prend son visage d’aujourd’hui 
  
 Petit à petit, l’Hexagone ressemble à la France actuelle. Les nouveaux territoires conquis lors de guerres ou au gré des évolutions territoriales deviennent des départements. En 1793, on en dénombre 89 avec notamment le Comté de Nice devenu les Alpes-Maritimes, la Corse scindée en deux ainsi que le Rhône-Loire en deux départements distincts 
 
Avec Napoléon Bonaparte, la france s’étend 
  
 Sous la première République de 1792, le paysage ne change guère. Il faut attendre Napoléon Ier en 1799 pour que les frontières bougent à nouveau. En  1806, le récent Empereur des Français lance la bataille de Prusse. Avec la victoire d’Iéna, l’Empire s’étend à l’Est. 
 
Au-delà du Rhin 
  
 Les victoires militaires de Napoléon permettent à la France de mettre la main sur les territoires conquis. Le nombre maximum de départements, 134, sera atteint sous son règne en 1812. 
 
 Cartographier le réseau routier 
  
 Si certaines cartes représentent les différents éléments naturels (forêts, montagnes, cours d’eau) et les villes, de nombreuses cartes de l’époque sont les ancêtres des cartes routières d’aujourd’hui. Les cartes de Cassini ont ainsi été les première à cartographier précisément toutes les routes de France.  
 
La région parisienne en 1793 
  
 Au XVIIIe siècle, la région parisienne possédait trois entités : Paris et les départements de la Seine et de l’Oise. Les Hauts de Seine, les Yvelines, l’Essonne, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d’Oise sont des créations tardives de… 1965. 
 
 
Représentation fidèle de l’espace 
  
 Plans de villes, régions, pays, isles, cartes marines, des rivières et des canaux, des diocèses et des archevêchés… Les Cassini ont entrepris un incroyable travail de représentation du territoire grâce aux avancées techniques de l’époque. Ils ont utilisé la triangulation et de nouvelles règles de dessin 
 
Le mille feuille administratif démarre 
  
 Le département n’est pas la seule division administrative. Coexistent ainsi en 1804 les arrondissements communaux et les Justices de Paix ou Cantons. 
 
De la Gaule à la France du XXIe siècle, le visage de la France a profondément changé. Des différentes Gaules du Moyen-âge au Royaume de France, le territoire a été divisé en de multiples entités. Aux Duchés et autres comtés de l’Ancien Régime ont succédé les départements. Création administrative de 1790, ceux-ci perdurent encore aujourd’hui. Leur nombre a évolué au fil des siècles, des conquêtes napoléoniennes et des rapprochements entre localités. Aujourd’hui, la France compte 26 régions (dont 4 d’outre-mer), 100 départements (dont 4 d’outre-mer), 3883 cantons et 36 783 communes. Le débat sur la suppression du département au profit des régions et des communautés d’agglomérations et de communes refait surface de temps à autre dans le débat public. 

 L’incroyable collection Ryhiner Ces cartes proviennent d’une rare collection de plus de 16 000 cartes, graphiques, plans et vues du 16e au 18e siècle. Elles sont disponibles  sur un site internet par l’Université de Berne, en Suisse. Un catalogue de l’intégralité de la collection existe en quatre volumes et 1786 pages. Johann Friedrich von Ryhiner était un géographe suisse qui a réunit tous ces documents originaux au cours du XVIIIe siècle. Elle a été léguée à l’Université de Berne qui depuis 1993 a entrepris sa numérisation et sa mise à disposition du public.  

La carte de France actuelle

Carte de la France  d’aujourd’hui                    et       après la fonte des calottes glaciaires  

 

On peut donc conclure que le changement de climat et la hausse de température créée par la fonte des calottes glaciaires aura pour conséquence une montée des eaux. Bien que la détermination de la hausse du niveau des mers et océans soit difficile, tout d’abord, par le fait qu’elle soit approximative mais également parce qu’elle fait participer des facteurs encore relativement méconnus, on a pu déterminé un intervalle de l’augmentation du niveau des mers 

 D’autre part, on sait qu’il y aura une augmentation des précipitations mais également une hausse de l’évaporation qui pourrait même devenir supérieure aux précipitations, d’où, une légère baisse de volume d’eau. En revanche, la fonte des calottes glaciaires produira forcément une baisse de salinité des mers et des océans puisqu’elles sont formées d’eau douce. Il faut alors se demander quelles sont les conséquences de cette baisse de salinité des mers et des océans.

On apprendra surement dans dix ou vingt ans que la contamination était beaucoup plus élevée comme après Tchernobyl (voir carte ci-dessous)-Après reste à savoir combien de morts par cancer il va y avoir suite à ce cataclysme radioactif… Car pour ceux qui ne le savent pas encore les médecins aujourd’hui admettent ouvertement que les cancers d’aujourd’hui, pour beaucoup d’entre eux, sont les conséquences direct de Tchernobyl dans la partie Est de la France.

Aujourd’hui, la France ne compte pas moins de 19 centrales nucléaires. Trois centrales sont surtout majoritaires dans notre pays aves les centrales de Gravelines, Paluel et Cattenom.
La dernière centrale nucléaire fondée est celle de Civaux en 1999.

Alors que le Japon connait une grande crise nucléaire en ce moment, est-ce possible pour les français de se passer de cette énergie ? Aujourd’hui, l’énergie électrique provient à 75% de nos centrales nucléaires.

Quel serait le prix de l’abonnement si nous devions nous procurer de l’électricité via des energies « propres » ?