C’est le nouveau fléau russe : le crocodile qui détruit la jeunesse russe.

 Derrière ce nom d’animal se cache une drogue épouvantable qui fait 10 fois les effets de l’héroine pour un prix trois fois plus bas : elle est produite à partir d’un savant mélange entre de l’héro, de l’essence, du diluant à peintude, et de la codéine.

Evidemment, la substance s’est propagée dans les coins les plus pauvres du pays, et ses effets sont absolument terribles : on estime qu’un consommateur n’a que 3 ans de survie après avoir commencé le crocodile. Ceux qui parviennent à y arriver voient leur vie dévastée : ils perdent leur peau, souffrent de lésions rouges sur l’ensemble du corps (particulièrement les recoins à piqures).

 La peau d’abord se nécrose, se transformant en plaques verdâtres ressemblant au cuir du crocodile. Puis la chair et les muscles se décomposent, les organes sont attaqués, les os fragilisés de façon irréversible.

Le gouvernement russe n’a pris aucune mesure contre cette nouvelle drogue jusqu’à présent : le crocodile n’est pas reconnu comme telle par les autorités.

Pour la fabriquer, les drogués russes achètent des pastilles de codéine, qui sont en vente libre, les chauffent avec entre autre de l’essence, de l’iode et du phosphore récupéré sur des têtes d’allumettes. La dose revient à quelques euros, 20 fois moins que pour l’héroïne.

 Non encore consommée en France, bien qu’elle serait à présent en Europe de l’ouest (l’Allemagne et la Belgique commencent à être touchées par ce fléau), la drogue « crocodile » a fait de terribles ravages depuis son apparition en 2002 en Europe de l’est, où 100 000 personnes seraient dépendantes de cette drogue.

Cette drogue est tellement toxique, que le consommateur voit généralement son espérance de vie réduite à 2/3 ans après sa première injection. Injection qui peut d’ailleurs s’avérer mortelle, en raison du mélange explosif et de la dangerosité des produits qu’elle contient.

Et si cette première prise de drogue n’est pas fatale, les conséquences de son utilisation glacent le sang : nécroses de la peau, plaques vertes sur le corps (d’où son nom de « crocodile » car la peau nécrosée prend l’apparence d’une peau de reptile), décomposition des chairs et muscles etc. Voici une photo très parlante malheureusement

 Une des vidéos » circule sur internet à propos de cette drogue  

S’il est difficile de vivre au quotidien dans un monde affreux en attendant ce monde nouveau (et inévitable car tout le monde en a besoin, la planète la première), la vie elle-même, sous la forme végétale comme animale, nous rappelle à l’ordre et nous explique que la vie se construit, est quelque chose de positif, et ne consiste pas en l’auto-destruction